La croissance se maintient en août

01/09/2020

Encore un très bon résultat pour le marché au mois d’août.

Les ventes progressent de 13,7%, ce qui permet de continuer à combler petit à petit le déficit lié au confinement même s’il parait peu probable maintenant qu’il soit résorbé en totalité d’ici la fin de l’année, si ce n’est pour certaines enseignes qui profitent des difficultés de la concurrence pour développer leurs ventes ou de certains spécialistes qui peuvent compter sur une fréquentation soutenue sur des produits qui séduisent le consommateur.
C’est par exemple le cas des spécialistes cuisine qui pour bon nombre d’entre eux parviendront à l’équilibre et même sans doute à progresser, une légère croissance étant déjà d’actualité pour certains.
Le résultat du mois d’août a un effet positif sur le cumul annuel qui continue de se redresser pour se stabiliser à –9,4% sur les huit premiers mois. Le déficit du marché repasse au-dessus de la barre des 10% de recul un peu plus de trois mois après la reprise de l’activité en magasin.
Si la croissance parvient à se maintenir en août au même niveau que juillet, attention aux arbitrages des ménages pour les semaines qui viennent alors que les périodes de promotions vont se succéder, notamment en ligne. Après les French Days à la fin du mois de septembre, se succéderont ensuite les Prime Days début octobre pour les consommateurs Amazon prime puis la nouveauté de 2020, le nouvel évènement d’Amazon, les Early Black Friday du 26 octobre au 19 novembre avant le Black Friday le 27 novembre mais qui, comme l’année dernière, pourrait bien débuter dès la semaine précédente. Cette période sera ensuite clôturée le 30 novembre par le Cyber Monday. Le consommateur va donc être énormément sollicité dans les semaines qui viennent et il devra choisir ses dépenses.

Si la croissance se maintient à un niveau élevé en août sur le marché du meuble, certains signes de ralentissement se font déjà sentir pour certaines enseignes et magasins indépendants qui voient leur activité revenir à des niveaux qui sont plus dans leurs normes habituelles. Faut-il y voir les prémices d’un retour à la normale de la consommation des ménages ? Après plusieurs semaines d’euphorie où les Français ont profité de la réouverture des magasins autant dans l’équipement de la maison que dans d’autres secteurs, faut-il s’attendre maintenant à une mise en retrait du consommateur qui va rentrer dans une phase plus attentiste ? C’est en tout cas ce que laissent penser certaines études publiées récemment.
Après un premier signal négatif lancé par les performances plus que moyennes des soldes d’été, une étude réalisée par la société de logiciels marketing Emarys (1 000 personnes interrogées en France, 2 000 aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne) montre que le Black Friday pourrait suivre un chemin similaire. Ainsi, selon cette étude, seulement 10,8% des Français déclarent qu’ils se rendront en magasin à l’occasion du Black Friday, cette proportion monte à 13% chez les Britanniques mais redescend à 4% chez les Américains. Au total, ce sont 59,5% des Français qui expriment leur volonté de ne pas participer à cette édition 2020 du Black Friday, que ce soit en ligne ou en magasin. On notera toutefois qu’en cas de promotion fortement attractive 21,2% des Français pourraient changer d’avis et quand même pousser la porte d’un point de vente.
Une étude menée par le Groupe Ernst & Young Global limited pour la nouvelle édition de son baromètre Future Consumer Index (enquête effectuée auprès d’un panel représentatif de 1 000 Français tous les mois d’avril à juillet) table également pour sa part sur une baisse de la consommation qui pourrait être durable.
56%, c’est selon l’étude la part des Français qui annoncent qu’ils vont être maintenant plus attentifs à leurs dépenses. Face à une situation sanitaire et économique qui risque de durer dans le temps, ils sont également 54% à déclarer chercher à économiser. Le meuble qui n’est pas considéré par le consommateur comme étant un produit indispensable ou de première nécessité pourrait faire les fruits de cette modification de comportement.
56%, c’est également la part des Français qui déclarent fréquenter moins les magasins et près de la moitié d’entre eux ont pour objectif de diminuer la fréquence de leurs visites en points de vente. Cela devrait profiter au drive, 27% des Français prévoient de l’utiliser plus souvent, ils sont également 23% à souhaiter faire appel à la livraison à domicile. On notera que 6% d’entre eux anticipent des coupes budgétaires importantes dans leurs dépenses.
Cette volonté de réduire ses dépenses pourrait toucher principalement les marques nationales, 43% des Français se disent ainsi prêts à délaisser les marques nationales au profit de marques régionales ou innovantes. Cette étude met également en avant que 42% des consommateurs désirent consommer des produits locaux, que 25% souhaitent des produits éthiques et 22% des produits qui soient synonymes de développement durable.

Evolution (valeur) du marché domestique m / m–12


Tous les produits en croissance en 2019

Le constat est plus que positif concernant la consommation de meubles en 2019. Tous les segments de produits enregistrent de belles progressions, les deux segments les moins performants approchant tout de même les 3% de croissance. La cuisine domine les débats, et de loin ! Suivie par la literie qui reprend des couleurs alors que les canapés, fauteuils, banquettes et le meuble de salle de bains ferment la marche.

Le segment du meuble de cuisine enregistre la meilleure performance du marché. L’engouement des Français pour la cuisine intégrée ne retombe pas et le segment progresse de plus de 6% au cours de l’exercice qui vient de s’écouler. Si la croissance est au rendez-vous dans tous les circuits, le segment capitalise fortement sur les bonnes performances des spécialistes cuisine dont certains ont aligné régulièrement des croissances à deux chiffres tout au long de l’année. {…}

La literie emboite le pas de la cuisine et réalise la deuxième meilleure croissance du secteur après une année 2018 morose. Les ouvertures des spécialistes ont repris à un rythme plus soutenu assurant une bonne croissance des réseaux nationaux qui entrainent avec eux le marché vers le haut. Ces derniers peuvent également compter sur une hausse du panier moyen par le biais du leasing pour ceux qui se sont mis à cette pratique et par le développement toujours d’actualité des literies de plus grande taille.{…}

Structure de la distribution en 2019

Traitements et estimations IPEA - Sources : IPEA, Éco-mobilier, Insee.
Part de marché CA 2019
(Mds € TTC)
Évolution 2019/2018
Meubles meublant 34.2 % 4.59 3.49 %
Meubles de cuisine 27 % 3.61 6.2 %
Canapés, fauteuils et banquettes 17.5 % 2.34 2.9 %
Literie 13.3 % 1.78 4 %

Les indicateurs sociaux à compter du 1er Janvier 2020

SMIC

2020 2019
Horaire : 10,15 € 10,03 €
Mensuel : 1 539 € 1 521 €

Plafond sécurité sociale

2020 2019
Mensuel brut : 3 428 € 3 377 €
Annuel brut : 41 136 € 40 524 €

Salaires minima conventionnels

La grille conventionnelle du 24.04.19 est applicable depuis le 1er juillet 2019 (grille disponible dans l’espace adhérent).

Attention : Le groupe 1 et le groupe 2 niveaux 1 et 2 sont rattrapés par le SMIC.

Minimum garanti (MG) 2020 : 3,65€

Les indicateurs INSEE

En savoir plus : insee.fr

Croissance économique
-5,3% au 1er trimestre 2020
Inflation
+0,1% en juin 2020
Consommation des ménages en biens
-7,2% en mai 2020
Indice des prix à la consommation (ensemble)
104,79 en juin 2020 (+0,2% annuel)
Indice de référence des loyers commerciaux
116,23 au 1er trimestre 2020(+1,39% annuel)
Indice de référence du coût de la
construction (ICC)
1770 au 1er trimestre 2020 (+2,43% annuel)

Ressources internet